19/08/2013

Prochaine récolte: A Canet on est confiant mais vigilant

 

Floris Lemstra le propriétaire de Château Canet est optimiste quand on lui parle des prochaines vendanges. S'il y a eu de la coulure sur les grenaches, due à un printemps long et froid, alors que ceux-ci IMG_0001.JPGétaient en pleine floraison, par contre les Chardonnays et les Merlots sont magnifiques.

 

Malgré ce bel été chaud qui fait la joie des vacanciers, la vigne n'a pas rattrapé son retard et les Chardonnays qui se récoltaient l'année dernière fin août ne se vendangeront pas avant la mi septembre, ce qui fait dire à Floris Lemstra : « Plus les vendanges sont tardives et plus il y a des risques : orages, pourriture, maladie, c'est pourquoi nous sommes très vigilants sur la protection de la vigne dans les règles écologiques que l'on s'est donné en respectant le cahier des charges Terra-Vitis ».

 

Au château Canet on a toujours tablé sur la qualité et on ne dérogera pas à la règle. Chaque année on investit pour ça et en 2013 c'est l'agrandissement de la cave qui va permettre des conditions de vinification optimale, avec l'installation de nouvelles cuves dans un chai de 600 m2 climatisé .

 

La nouveauté : une chaîne d'embouteillage ultra moderne va être installée dans quelques jours. Plus besoin du camion spécialisé qui venait sur place, désormais tout se fera au domaine.

DSCN9190.JPG

 

 Floris Lemstra: "la véraison commence, il faut attendre environ 40 jours pour vendanger".

 

16:55 Publié dans viticulture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

25/09/2012

Les vendanges d'antan

2 1960 env colle E. herrera.JPG

 

Les vendanges aujourd'hui passent preque inaperçues. De temps à autre une imposante machine traverse le village, troublant à peine la circulation.

Avant que ces machines n'existent il régnait une grande effervescence dans le village, pendant près d'un mois avec un afflux important de vendangeurs venus d'Ariège (avant les années 1950) puis d'Espagne. Les petits propriétaires employaient une main d'oeuvre locale et la récolte se faisait souvent le dimanche en famille.

Dans les vignes on entendait les cris joyeux des vendangeurs qui s'interpellaient de colle en colle mais on ne peut pas oublier la pénibilité de ce travail. Ah qu'il était lourd le seau de raisins à la fin de la journée, quand on avait 13 ou 14 ans et qu'il ne fallait pas se laisser distancer par la mousseigne ! Par temps pluvieux, les souches mouillées et la boue rendaient ce travail encore plus difficile. C'est alors que l'on disait sans trop y croire : "on l'inventera quand cette machine à vendanger?"

Retour en arrière en visitant l'album photo ci-contre.

 

05/08/2012

Au château de Rustiques on attend une récolte de qualité

Jérome Sarrail 007.jpg

Pour Jérome Sarrail le responsable de la propriété viticole du château de Rustiques la prochaine récolte sera a peu près identique en quantité à celle de 2011, c'est à dire dans la bonne moyenne. Pour l'ensemble du village, on parle de moins 15 % environ.

Il y a quelques années on a beaucoup arraché sur la propriété pour ensuite replanter, il reste 19 Ha de Jérome Sarrail 004.jpgvignes dont 15 sont en pleine production. Une petite partie de la récolte est mise en bouteilles en rouge et rosé (2400) afin de satisfaire la clientèle qui vient acheter directement au caveau. Nombreux sont les vacanciers du camping de la Commanderie à apprécier ces vins issus des cépages cabernet, syrah ou grenache, qui emportent aux quatre coins de l'Europe quelques bouteilles du Château de Rustiques.

A un mois des vendanges les raisins sont sains ce qui annonce une bonne qualité. Et pourtant se plaint Jérome Sarrail, celà a été une année difficile avec beaucoup d'humidité et parfois d'absence de vent. "Nous en sommes au 9e traitement, ce qui fait beaucoup".

Les vendanges mécaniques du château se limitent à 5 à 6 jours et le ramassage est espacé en fonction de l'avance de la maturité. Difficile à ce jour de fixer une date.

Comme chaque année une vigne sera vendangée fin septembre à la main en famille afin de faire le bonheur des enfants et neveux du propriétaire.

Jérome Sarrail 002.jpg

 

 

12:31 Publié dans viticulture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08/03/2011

José : "le bénévole de Saint Jean"

José Vasquez 010.jpg

Si vous demandez un service à José Vasquez, soyez assuré qu'il répondra présent. Aussi quand Claude 

Méliès notre garde champêtre lui a proposé de tailler les oliviers du lotissemnt de St Jean, c'est avec plaisir qu'il a accepté.

Personne n'apprendra la taille à cet ancien ouvrier agricole qui a soigné toute sa vie les vignes du domaine de Borie Neuve, et qui aujourd'hui à la retraite, continue de tailler 20.000 pieds de vignes tous les hivers.

Chasseur invétéré, José est heureux dans la nature, traquant avec ses amis les sangliers dans les bois de Rustiques, comme il est heureux dans les vignes sécateur en main. Le grand air et l'activité physique sont les secrets de sa bonne santé.

Longue et heureuse retraite José et taille nous longtemps les oliviers de Saint-Jean.

José Vasquez 011.jpg

09:38 Publié dans viticulture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraite |  Facebook | |

27/07/2010

André Castel l'amoureux des vignes

A. Castel 011.jpgA quelques mois de ses 91 ans notre doyen André Castel a toujours bon pied et bon oeil. Chaque matin au volant de sa voiture il se rend dans ses vignes afin de rencontrer ses deux employés, parler avec eux de la future récolte, vérifier par lui même l'état sanitaire des raisins et surtout respirer ce bon air que nous amène tantôt le cers et tantôt le marin. André Castel est heureux dans ses vignes qu'il arpente depuis 70 ans.

C'est en 1940 qu'il a pris en charge sa propriété de 45 hectares. A cette époque là il gérait également une propriété dans le Narbonnais. On peut dire qu'il a tout connu de la viticulture: les années fastes mais aussi la lente dégringolade qui obligent certains viticulteurs à se tourner vers d'autres sources de revenus comme le tourisme ou l'agriculture diversifiée.

Années après années et pendant ces 70 ans André Castel a vécu la modernisation de ce métier avec tout ce que cela engendre: Sur sa propriété de Rustiques il y avait dix emplois en 1940, deux seulement aujourd'hui. Avant l'achat de son premier tracteur en 1950, il y avait un régisseur, 5 ouvriers agricoles et 4 "ramonets" qui étaient attittrés aux quatre chevaux de trait indispensables pour les grands travaux: labourages, charrois, sulfatages etc. C'était l'époque où sur le village il y avait 40 chevaux, où certain petits propriétaires vivaient bien avec 3 vignes et un champ et récoltaient parfois moins de 500 hl de vin. Une époque où le vin se vendait bien, souvent il était acheté par M. Ric le négociant du village.

La vinification se faisait à Rustiques dans les caves particulières. Chez M. Castel, il y avait une cave parfaitement équipée, les raisins arrivaient dans des wagonnets roulant sur rails passant directement de la charrette au dessus des cuves. Un procédé astucieux permis par la dénivellation du terrain et ultra-moderne quand il a été installé dans les années 1940.

Depuis 5 ans la vinification au village est terminée, la vendange est amenée à la cave coopérative de Trèbes, voilà un soucis de moins pour M. Castel. Une aubaine pour la cave Trébéenne obligée d'augmenter ses adhérents face à l'arrachage.

Pour notre doyen il n'est pas question de vendre ni d'arracher. Ses deux enfants ont fait leur vie ailleurs et les petits enfants ont déjà de bonnes situations. Même si sa propriété n'est hélas plus rentable André Castel ne veut pas se priver et on le comprend de ce magnifique cadre de vie que sont ses vignes.

Sa bonne forme physique nous fait penser qu'il en profitera longtemps. Nous le lui souhaitons de tout coeur.

 

A. Castel 010.jpg

14:38 Publié dans viticulture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vignes |  Facebook | |