12/10/2013

Le poème du jour

 

Lo patés

 

Lo patés, ma lenga préférida

la sola que me pòt encara far plorar1964 Eugénie Mourlan.JPG

quand l'ausissi lo ser, dins la cosina escura,

parlada pels aujòls que se calfan los dets

abans d'anar dormir.

 

Lo patés, vièlha lenga d'hostal,

ma lenga d'enfantesa,

la dal trabalh e de la vinha,

de la tristesa e de la jòia.

Aquela que permet de dire son bonur,

d'amagar son malur.

Aquela que permet de parlar a las filhas,

de dire tot l'amor que i a dins nòstre còr,1  1940 échaudage des vignes.jpg

de dire la beutat quand las vesèm denudas.

 

Lenga de la vinha d'hivèrn,

laurada, podada, escaucelada.

Lenga de la vinha d'estiu,

rasclada, sofrada, sulfatada.

Lenga de las vendimias,

los rasims plan madurs, los costals plan pesucs,

aquela flaira del most al fons de la semal,

i pensi en patés.

La lenga torna tota sola dins mon èime tresvirat.

 

Lo patés es la lenga dal pastre 2  1948 vendang aux comportes à Canet.jpg

que crida lo tropèl amont dins un ermàs.

Es la lenga dal fotbòl, dal rugby, de las bolas,

de los que jògan e d'aquelis que los gaitan.

Es la lenga dels joves, es la lenga dels vièils.

Se la pèrdes un jorn, la tornaràs trapar,

tòrna tota sola.

 

Es la lenga de las bèstias.

Los chavals, las fedas, los gosses

e tanben lo porcèl, comprenon lo patés.

 

Lo patés, ma lenga préférida ;

la sola que me pòt encara far niflar

quand ausissi parlar los vailets dins l'estable

qu'acivadan la grépia pels chavals que son lasses4 1952 avec Nicolas et Coquet.jpg

d'aveire trabailhat, dins la posca o la fanga,

la vinha dal canal o lo camp de l'estanh.

Es ara devenguda la lenga dals tractors

que petan los matin abans d'anar laurar.

 

Lo patés, ma lenga tant aimada

aquela que me fa sovent virar los uèlhs

quand l'ausissi parlar a l'ombra d'un ciprier,

sus la tomba florida d'un soldat de 14,

un pichon de vint ans qu-i voliá pas tornar

 

Ara que veni vièlh, vos vau dire quicòm :5  1953 un des premiers tracteurs.jpg

pòdi pas oblidar la lenga de mameta.

Ai ensajat, un còp, quand èri a normala,

mas aquò se pòt pas.

La lenga es ormejada al tresfons.

Sèm estampats per la vida.

Tòrna montar tota sola,

mai fòrta qu'endavant.

 

Le patois

 

Le patois, ma langue préférée,

la seule qui peut me faire encore pleurer

quand je l'entends le soir, dans la cuisine obscure,1.JPG

parlée par les anciens qui se chauffent les doigts

avant d'aller dormir.

 

Le patois, vieille langue de la maison,

la langue de mon enfance,

celle du travail et de la vigne,

celle de la tristesse et de la joie.

Celle qui permet d'annoncer son bonheur,

de cacher son malheur.

Celle qui permet de parler aux filles,

de dire tout l'amour qu'il y a dans notre cœur,

de dire la beauté quand nous les voyons nues.2.JPG

 

Langue de la vigne l'hiver,

labourée, taillée, échausselée , tuterée.

Langue de la vigne l'été,

binée, souffrée, sulfatée.

Langue des vendanges,

des raisins bien mûrs, des comportes bien pleines.

J'y pense en patois.

La langue revient toute seule dans mon esprit trouble.

 

Le patois est la langue du berger

qui appelle le troupeau là-haut dans une friche.

C'est la langue du foot-ball, du rugby, de la pétanque,3.jpg

de ceux qui jouent et de ceux qui regardent.

C'est la langue des jeunes et la langue des vieux.

Si tu la perds un jour tu la retrouveras.

Elle reviens toute seule.

 

C'est la langue qu'on emploie avec les animaux.

Les chevaux, les brebis, les chiens

et même les cochons comprennent le patois.

 

Le patois, ma langue préférée,

la seule qui peut encore me faire renifler

quand j'entends parler les valets dans l'écurie,4.JPG

qui versent l'avoine dans la mangeoire pour les chevaux

fatigués d'avoir travaillé dans la poussière ou dans la boue

la vigne du canal ou le champ de l'étang.

Elle est maintenant devenue la langue des tracteurs

qui pètent le matin avant d'aller labourer.

 

Le patois, ma langue tant aimée,

celle qui me fait parfois tourner les yeux

quand je l'entends parler dans l'ombre d'un cyprès,

sur la tombe fleurie d'un soldat de 14,

un enfant de vingt ans qui ne voulait pas y revenir.

 

Maintenant que je deviens vieux je vais vous dire quelque chose

je ne peut oublier la langue de grand-mère.5.JPG

J'ai essayé une fois quand j'étais à l'école normale,

mais cela ne se peut pas.

La langue est ancrée au plus profond,

nous sommes marqués pour toute notre vie.

Elle revient toute seule

plus forte qu'autrefois.


Jacques Carbonnel

 

 

 

 

        1.  

08:27 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poèmes |  Facebook | |