rustiques


26/08/2018

Jacques Gorce notre ancien garde champêtre n'est plus

Jacques Gorce qui vient de nous quitter à 92 ans, a été une des figures incontournables du village, où il a été très apprécié.
Après son certificat d’études, avec son frère Robert, Jacques Gorce gérait une petite exploitation viticole, puis dans les années 1970 il succédait à Joseph Clanet au poste de garde champêtre du village. Son sérieux, ses compétences mais aussi sa jovialité feront qu’il sera très apprécié de tous les rustiquois.
Avec « Manie » son épouse, ils s’installeront à sa retraite à Raissac sur Lampy où Jacques taquinera la truite, un de ses passe-temps favori. Il terminera ses jours chez sa fille aînée à Toulouse choyée par sa famille après le décès de son épouse.
Il a toujours gardé la nostalgie de notre village et c’était un plaisir de l’entendre raconter ses souvenirs d’enfance, en particulier la période de l’occupation allemande. Il avait été particulièrement impressionné, en 1942, alors qu’il était dans la cour de l’école, par l’arrivée bruyante et triomphale des chars allemands.
A l’occasion des fêtes, carnavals ou grillades, Jacques était toujours un bénévole dévoué, mais aussi un infatigable animateur.
Nous adressons à toute sa famille, ses proches, ses amis, nos très sincères condoléances

décés

En 2010, Jacques était venu nous raconter l'occupation du village par les allemands pendant la guerre

(voir à G dans la catégorie Histoire)

06:28 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décés |  Facebook | |

14/08/2018

Jeannot Espérilla vient de nous quitter !

C’est avec une grande tristesse que le village a appris mardi matin le décès à 72 ans de Jean Espérilla qui luttait courageusement depuis un an contre la maladie.

Après avoir habité au domaine de La Grave à mi chemin entre Rustiques et Badens la famille Espérilla s’est installée dans notre village dans les années 1960 pour le plus grand bonheur des enfants Jean et Anne-Marie qui y feront leur décèsjeunesse puis s’y installeront définitivement.

1964-65, c’était la belle époque du rugby à 7 et Jeannot y trouvera son bonheur ainsi qu’une bonne équipe de copains, ensuite il fera le bonheur des équipes de rugby de Trèbes et Capendu. Le rugby sera d’ailleurs une grande partie de sa vie, s’investissant avec son beau frère Pierre parmi les bénévoles de l’USC.

1964: la belle époque du rugby à 7 à Rustiques. Au 2 ème rang Jeannot au centre de la photo

Entré à l’entreprise Mourlan, Jeannot l’employé modèle y fera toute sa carrière, il sera aussi un relai précieux quand l’entreprise Calamel prendra la suite en 1994.

Il a fait plusieurs mandats en tant qu’adjoint au maire dans les municipalités de Jean Greffier et Charles Mourlan et ses conseils judicieux étaient toujours appréciés.

Qui dans le village n’a pas fait appel à ses services ? Que ce soit en maçonnerie ou en mécanique il était toujours présent quand on avait besoin de lui et à la retraite il n’a pas ménagé sa peine pour aider ses filles Nathalie et Valérie à construire.

Il laisse dans la peine son épouse Colette, mais aussi tous ses copains chasseurs qui n’ont pas manqué de le soutenir dans cette ultime épreuve.

Nos condoléances à son épouse, ses filles ses petits enfants, sœur, beau frère et toutes les personnes que ce deuil afflige. Ses obsèques auront lieu vendredi 17 août à 10 H à l’église de Rustiques.

décès

Jean Esperilla (à G) avec son beau frère Pierre à la buvette de l'USC

 

 

21:57 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |

31/05/2018

René Cassan, un ami s'en va

René Cassan vient de nous quitter subitement à l’âge de 80 ans. Avec son épouse Annie il profitait de sa retraite depuis 1992.

On le savait malade, fragile, mais il ne le montrait pas et nous aurons profité jusqu’à son dernier jour de sa gentillesse et de sa serviabilité. Avec ses amis Pierrot et Claude, il venait le matin boire son café et pour les bénévoles du café municipal, c’était les trois sages apportant les dernières nouvelles du village.

Après son école de gendarme à Mers El Kébir, il a participé au maintien de l'ordre en Algérie. Toujours très appréciés de ses supérieurs, René a ainsi fait toute sa carrière dans la gendarmerie, à St Gaudens, Toulouse et enfin Montauban, où adjudant chef, il était responsable du parc automobile de la gendarmerie du Tarn et Garonne.

Nombreux sont les rustiquois qui ont profité de ses conseils, ou lui ont emprunté un outil.

René tu vas beaucoup manquer à Annie, à ta fille Cathy, ton gendre Jean, ton petit fils Bastien ainsi que toute ta famille. C’est tout le lotissement St Jean qui perd un ami. Nous adressons nos très sincères condoléances à toute ta famille et à tous ceux que ce deuil afflige.

La sépulture de René Cassan aura lieu en l'église de Rustiques vendredi à 10 H 30, suivie de l'inhumation au cimetière communal.

décès

Il y a un mois, il fêtait ses 80 ans entouré de toute sa famille.

08:53 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |

20/07/2017

L'hommage du village à son maire Charles Mourlan

décés

M. Henri Ruffel adjoint au maire de Rustiques

Entré dans le conseil municipal de Jean Greffier en 1983, Charles Mourlan dirigeait la commune décésdepuis1989, et c'est la maladie qui a interrompu ce qu'il disait être son dernier mandat.

 

M. Eric Ménassi maire de Trèbes

Mercredi après-midi devant la Maison du parc, c'est un émouvant hommage que lui ont rendu, les rustiquois, mais aussi les maires des villages voisins et les officiels représentant les corps constitués.

Henri Ruffel son premier adjoint qui a été son bras droit pendant de longues années, ouvrait les discours officiels : « L'hommage à notre maire est rendu en ce lieu qu'il adorait. La Maison du parc, c'était pour lui l'aboutissement de son travail de maire : pendant ses mandats successifs ont été construits de petits lotissements communaux, la mairie décésétant maître d’œuvre, et cela a permis de construire ce magnifique bâtiment sans mettre en danger les finances communales. Il a été financé sans emprunt, sur fonds propre, mais aussi avec l'aide de subventions car il savait plaider, convaincre pour le village » Ce village qu'il a profondément transformé en 28 ans de mandat.Ce village qui était pour lui le centre de l'univers, il y a développé l'habitat permettant l'intégration de familles et de leurs enfants, il y a mis en valeur le patrimoine en rénovant le tombeau des commandeurs, l'église l'école et a créé le musée Jean Nicloux. Il a apporté à l'école toute son aide et à mis en place le périscolaire.

M. Roger Adivèze vice président de l'association des maires de l'Aude

La sécurité était importante pour lui, il ne laissait rien passer qui pouvait perturber le quotidien des décésrustiquois. En mettant en valeur le Bataillon Minervois présidé par M. Miquel il a prouvé l'importance qu'avait pour lui le devoir de mémoire.

M. Régis Banquet président de l'agglo du carcassonnais

Dans son allocution son voisin et ami Eric Ménassi maire de Trèbes reconnaissait sa force de caractère mais aussi ses emportements, mais ceux qui l'ont côtoyé savaient qu'il y avait autre chose, de la compréhension et de la bienveillance. Ont tour à tour pris la parole M. Roger Adivèze, vice président de l'association des maires de l'Aude, M. Régis Banquet, président de Carcassonne Agglo, Mme Christine Pujol, conseillère régionale Occitanie puis Alain Giniès, vice président du conseil départemental de l'Aude et pour terminer M. Alain Thirion préfet de l'Aude : « Je n'ai pas eu la décéschance de connaître Charles Mourlan, mais on m'a beaucoup parlé de lui, l'amoureux de la nature, de la chasse…. Ce qu'il a fait pour sa commune va rester comme une trace. Il se dévouait pour sa commune qu'il chérissait, il y donnait son temps et sa ténacité... »

Mme Christine Pujol conseillère régionale

 

M. Alain Giniès vice président du conseil départemental

décés

 

 

 

 

 

décés

M. Alain Thirion préfet de l'Aude

décés

                   

 

04/08/2016

Notre ami George nous a quittés

C'est avec une profonde tristesse que le village a appris le décès de George Seddon.

DécèsGeorge était né à Manchester (Royaume Uni) où son père avait une entreprise d'électricité et il a dirigé celle-ci jusqu'à sa retraite. Déjà tout jeune avec ses amis il venait passer ses vacances en France et il aimait tellement celle-ci qu'il avait décidé d'y vivre un jour en permanence.

Avec son épouse Sheila, c'est ce qu'ils ont fait à leur retraite, tout d'abord en s'installant quelques années à Fanjeaux, puis ils sont tombés amoureux de notre village et s'y sont installés définitivement.

Malgré le mal qu'ils avaient à pratiquer notre langue, leurs sourires, leur gentillesse et ce besoin de partager l'amitié a fait qu'ils ont été tout de suite adoptés par les rustiquois. Ils se plaisaient au café communal où ils partageaient souvent un thé avec leurs grands amis Véronica et Raymond. Ils étaient présents à toutes les manifestations, s'aimaient avec leurs amis marcheurs, se plaisaient à la chorale Allegro de Trèbes.

Depuis quelques mois la santé de George se dégradait et le couple a quitté notre village pour rejoindre leur famille à Manchester. George s'est éteint paisiblement, dans la ville où il est né, le 31 juillet 2016. Il avait 83 ans.

Nos très sincères condoléances à Sheila et à toute sa famille.

 

 

15:09 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |

17/04/2015

Jean-Claude Taqui nous a quittés

 

Bien que le sachant malade, le village ne s'attendait pas à sa disparition aussi brutale. Jean-Claude Taqui était un personnage incontournable de Rustiques où il habitait depuis 1981, date à laquelle il avait repris la propriété viticole de son épouse Monique.

décésAvec son épouse et ses deux fils Alain et Laurent, ils avaient développé leur propriété de Rustiques mais aussi deux autres propriétés héritées à Barbaira et à Roulens. Aidés d'une dizaine d'employés, ils ont fait fructifier un ensemble agricole comprenant une centaine d'hectares de vignes et autant de champs agricoles. Jean-Claude Taqui était toujours à la pointe du progrès et de la mécanisation, il avait acheté la première machine à vendanger de la région.

Personnage très jovial, chambreur avec les amis, ils auront avec Monique aidés leurs enfants jusqu'au bout. Avec l’aîné Alain, l’administratif, et Laurent plutôt l'homme de terrain, l'exploitation Taqui est aujourd'hui dans de bonnes mains.

On ne peut parler de jean-claude sans parler de sa première vie professionnelle. A la fin de ses études secondaires il a fait une formation de mécanicien diéséliste (3 ans chez Bosh en Allemagne et deux ans à Paris. Il dirigeait ensuite à Toulouse un grand garage de 80 employés et donnait régulièrement des cours au lycée Onde ainsi qu' à Saverdun, appréciant de faire partager ses connaissances.

En 1981 il a laissé ses lourdes responsabilités pour ce nouveau métier qui lui permettait de faire corps avec la nature qu'il aimait tant.

 

décés

 

Sa disparition va laisser un grand vide dans notre village, mais aussi parmi ses copains des villages voisins, ses amis chasseurs etc.

A Monique son épouse, à ses enfants Alain et Laurent et à leurs familles, parents et alliés, nous présentons nos très sincères condoléances.

 

13:21 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décés |  Facebook | |

01/10/2014

Angèle Sautès nous a quittés

 

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Madame Angèle Sautès. Ses obsèques ont eu lieu lundi en l'église de notre village. Après avoir habité Rustiques, elle résidait depuis 20 ans au Nid Trébéen où elle recevait tous les soins et l'affection de sa fille Françoise. Elle avait été très affecté par la perte de son mari et de son fils Jean-Claude.

En cette douloureuse circonstance nous adressons à sa fille, ses petits enfants, arrières petits enfants et toute sa famille nos très sincères condoléances.

16:03 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |

22/01/2014

La famille Novi dans la peine

 C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de M. Roger Novi à l'âge de 80 ans.

 décèsRoger Novi avait débutait sa carrière professionnelle comme maçon avant d'être recruté en 1977 par M. Guy Pagis maire de Bagnoles pour finir de construire le foyer communal. Il terminera sa carrière professionnelle au service de cette mairie

 Proche de la nature, il profitait de sa retraite, en s'adonnant à la pêche. Il prenait beaucoup de plaisir au jeu Lyonnais et à la pétanque où il avait beaucoup d'amis. Ancien de la guerre d'Algérie, il était le porte drapeau des anciens combattants.

Roger Novi aimait particulièrement les animaux et nous le rencontrions souvent du coté du domaine de St Jean où avec son épouse, il venait régulièrement promener les chiens de son fils Max. D'une grande gentillesse c'était un plaisir de converser avec lui.

 En cette douloureuse circonstance nous adressons à son épouse, ses fils Max et Michel, à ses belles filles, petits enfants ainsi qu'à toute la famille nos très sincères condoléances.

 

 

07:20 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |