rustiques


12/03/2018

1919 : la vente de tabac est réglementée !

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques et dans notre canton autrefois. Ci-dessous un extrait de ces délibérations :

24-05-1914 : Le conseil municipal demande à l'administration des postes l'installation du bureau téléphonique. (NB : celui-ci ne sera installé qu'en 1924)

24-09-1918 : Le conseil se réunit sous la présidence de M. D'hélie Joseph. Etaient présents M ; Mary Paul et Escarguel Robert (les autres conseillers sont sous les drapeaux).

Juillet 1919 : M. le maire expose qu'à l'instar des villes et de plusieurs communes du département il y aurait lieu d'instituer à Rustiques la carte de tabac. Sans elle la répartition mensuelle est sujette à des protestations plus ou moins fondées et dont le but est de mettre fin à toute récrimination. La distribution serait faite de la façon suivante : 1) les habitants de cette commune de sexe masculin et âgés de plus de 17 ans révolus auront droit à cette carte. 2) les étrangers habitant dans la commune depuis moins d'un mois n'y auront pas droit. 3) les titulaires de la dite carte qui seront obligés de s'absenter pour une période de plus d'un mois devront la tabac-régie.jpgdéposer en mairie. 4) le trafic des cartes est interdit sous peine de suppression. 5) le receveur buraliste sera tenu de faire en une seule fois la distribution sur présentation de la carte de la quantité mensuelle de tabac qui lui aura été allouée.

L'ancien bureau de tabac, route de Trèbes

24-12-1919 : M. le maire met sous les yeux du conseil une lettre de M. le préfet en date du 18, par laquelle il est invité à voter une subvention annuelle pour le service de Carcassonne à Laure. Considérant que les services d'autobus de Carcassonne à Laure ne sont d'aucune utilité pour Rustiques attendu que la gare de Trèbes n'est qu'à distance de 4 Km où les voyageurs sont toujours surs de pouvoir effectuer leur voyage, tandis qu'en comptant prendre l'autobus il est arrivé assez souvent à des personnes de ne pouvoir partir faute de place et être obligé ainsi de retarder leur voyage. Pour ces motifs le conseil municipal ne juge pas à propos de voter cette subvention.

B. Sire (àG) 1916.jpg

Blessé par un obus en 1916, Barthélémy Sire (à gauche) est hospitalisé ici à l'arrière du front, qu'il rejoindra après sa convalescence. En tant que blessé de guerre il obtiendra le bureau de tabac-régie du village. Sa fille Aimée Combes le tiendra jusqu'en 2004.

 

 

08/03/2018

1913 : Pour éviter les inondations du bas du village, le ruisseau de la Chapelle est dévié

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques et dans notre canton autrefois. Ci-dessous un extrait de ces délibérations :

3-10-1908 : M. le maire fait savoir au conseil municipal que par contrat M. Beziat Antoine fils, entrepreneur à Trèbes cède à M . Raynaud Emile entrepreneur à Rustiques qui accepte la construction des murs et du portail du nouveau cimetière.

En 1909 la commune a 301 habitants

21-10-1911 : Le maire expose que le conseil municipal de Laure a demandé que le courrier qui fait le service de cette commune à la gare de Trèbes soit changé sur Capendu, si ce changement avait lieu il serait ruisseau la Chapelle.JPGtrès préjudiciable au village de Rustiques ainsi qu'aux campagnes desservies par ce courrier qui leur est de toute utilité pour jeter la correspondance dans sa boite mobile d'autant plus que nous n'avons à Rustiques qu'une distribution de lettres par jour . Le conseil municipal prie le directeur des postes et télégraphes de vouloir bien maintenir ce courrier

31-12-1911 : Le service d'autobus qui fait Laure-Carcassonne et qui dessert St Frichoux, Aigues-Vives, Badens, Rustiques et Trèbes ne pourrait continuer s'il ne s'imposait pas d'une somme en proportion de la population respective pour en assurer sa continuité. Le conseil municipal vote 300 francs pour subventionner cet autobus. Un traité est signé entre M. le préfet et M. Pannolié entrepreneur du service d'autobus.

En 1911 la commune a 2 emprunts, un du 24-03-1908 de 1 116, 26 fr pour la construction du nouveau cimetière et l'achat de la maison du garde champêtre et un de 661, 85 pour l'éclairage électrique.

L'éclairage des rues esr installé en 1911. Trois autres lampes seront installées en 1912.

17-08-1913 : Le conseil municipal décide de dévier le ruisseau de la Chapelle… cette déviation est indispensable pour assurer l'écoulement des eaux en temps d'orage et éviter ainsi l'inondation des maisons de la partie basse du village.

ruisseau la Chapelle (2).JPG

 

27/02/2018

1959 : on étrennait le groupe scolaire Jacques Hudelle

1959-1   1ère  entr group J. Hudelle.jpg

C'est l'année où les écoliers ont traversé la rue pour s'installer en face dans le magnifique groupe scolaire Jacques Hudelle. Rendons hommage à l'ancien secrétaire d'état Georges Guille de Badens, ami de l'instituteur Emile Gally, qui a apporté tout son soutien et l'aide financière de l'état pour réaliser ce bel ensemble. Celui-ci avait été projeté par l'ancien maire Jacques Hudelle, décédé quelques années avant sa réalisation.

Lors de l'inauguration en 1959, le maire de Rustiques était M. Paul Ilhe.

18/12/2017

On attendait le papa Noël, c'était en 2010...

Dans 4 jours les écoliers vont fêter Noël au foyer municipal.

Retour en arrière sur l'année 2010...

fête noêl 019.jpg

fête noêl 027.jpg

fête noêl 029.jpg

fête noêl 033.jpg

31/10/2017

Le tabac et l'alcool il y a 100 ans

Si aujourd'hui le tabac et l'alcool sont considérés comme nuisibles à la santé, cela n'a pas toujours été le cas. Après la guerre de 14-18 la vente de tabac a été réglementée, mais ce n'était pas pour préserver la santé, c'était tout simplement parce qu'il n'y avait pas assez de tabac pour contenter tous les fumeurs. Voici ce que l'on peut DSCN9792.JPGlire dans une délibération prise par le conseil municipal de la commune en juillet 1919 : « M. le maire expose qu'à l'instar des villes et de plusieurs communes du département il y aurait lieu d'instituer à Rustiques la carte de tabac. Sans elle la répartition mensuelle est sujette à des protestations plus ou moins fondées et dont le but est de mettre fin à toute récrimination. La distribution serait faite de la façon suivante : 1) les habitants de cette commune de sexe masculin et âgés de plus de 17 ans révolus auront droit à cette carte. 2) les étrangers habitant dans la commune depuis moins d'un mois n'y auront pas droit. 3) les titulaires de la dite carte qui seront obligés de s'absenter pour une période de plus d'un mois devront la déposer en mairie. 4) le trafic des cartes est interdit sous peine de suppression. 5) le receveur buraliste sera tenu de faire en une seule fois la distribution sur présentation de la carte de la quantité mensuelle de tabac qui lui aura été allouée ». Le bureau de tabac de Rustiques qui était situé à l'entrée du village coté Trèbes a fermé définitivement dans les années 1970.

Dans les années 1940, le vin a du mal à se vendre. On peut lire dans une délibération du 16 janvier 1938 : « M. le maire expose ensuite une lettre de propagande pour le vin demandant à ce que la commune de Rustiques s'associe au développement de la consommation du vin. Le conseil attendu que la consommation du vin est une question vitale pour la région et qu'il y a lieu d'intensifier cette consommation vote une subvention de 100 fr à l'association de propagande pour le vin.

DSCN9795.JPG

La cave du domaine de Canet

 

18/08/2017

C'était l'école il y a 35 ans !

école

Ils sont aujourd'hui quadras et voilà une photo qui devrait leur rappeler de bons souvenirs. Ils sont nombreux à avoir quitté le village pour faire leur vie ailleurs, mais beaucoup y ont conservé leurs racines et viennent se ressourcer dans l'ambiance familiale, profitant ainsi des vacances que nous leur souhaitons agréables.

09:29 Publié dans Rustiques autrefois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : école |  Facebook | |

08/08/2017

En 1908, la commune en difficulté financière refuse le téléphone

En consultant les archives de la commune on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques autrefois :

1904 : La commune construit un lavoir public sur le ruisseau de La Chapelle

30-07-1905 : M ; le maire place sous les yeux du conseil une soumission, par laquelle M. Bernard Alexandre entrepreneur de travaux publics à Carcassonne s'engage à faire les travaux nécessaires pour le creusement et la construction du puits de captation dans les conditions indiquées sur le projet.

1906 : plantation des platanes sur le chemin N° 6 et derrière le château. (Les platanes ont aujourd'hui 111 ans et sont en bonne santé.)

Le 10-06-1906: Allocations allouées au ministre du culte: Fargues Hector curé de Rustiques âgé de moins abbé Fargues.JPGde 45 ans révolus, qui a rempli pendant plus de dix ans des fonctions ecclésiastiques rémunérées par la commune, (soit 200 francs annuel). M. Fargues Hector était le dernier curé du village et habitait le presbytère.

1906 : Le budget de la commune s'élève à 7 339 francs avec un déficit de 2 699 fr.

Le 20-01-1907: Le nouveau garde champêtre a en charge le nettoyage des rues, le curage du ruisseau et du lavoir public et l'allumage des réverbères.

photo marcelle téléphone.jpgLe 07-06-1907: achat d'un revolver pour le garde champêtre.

29-08-1908 : Le conseil municipal refuse que la commune soit rattachée au téléphone considérant que la commune se trouvant à une distance de 3 Km entre Trèbes et Badens, localités pourvues chacune d'un téléphone et d'un télégraphe entraînerait une dépense qui serait très onéreuse pour la commune dont la situation financière est loin d'être prospère surtout avec la crise viticole qui sévit actuellement. (le village sera raccordé au téléphone en 1922)

Dans le années 1930, c'est Marcelle Sire qui tenait la cabine téléphonique municipale, un local d'une dizaine de m2 accolé à la mairie coté nord.

Elle recevait les coups de téléphone de l'extérieur et les dirigeaient vers les 3 ou 4 abonnés concernés (et inversement). Un travail assez languissant, heureusement elle avait de quoi lire et Monsieur Bernard qui possédait le premier poste de radio du village l'appelait régulièrement: "Marcelle écoute cette chanson... et Marcelle écoutait ainsi chanter Berthe Silva au téléphone.

Marcelle épousera ensuite Charles Mourlan  (père), elle nous a quittés à 1990, 10 ans après son époux.

 

22/07/2017

Histoire de Rustiques : l'eau a longtemps été un problème dans notre village

La vie autrefois

La païchère. Le ruisseau de la Chapelle coulait parfois jusqu'à la mi juin. Pour les lavandières, il fallait aller ensuite au canal du midi à 2 Km

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques et dans notre canton autrefois :

20-05-1900 : Election du maire. Au premier tour de scrutin : votants 10 bulletin nul 1 à obtenu M. D'hélie Joseph 9 voix Élection de l'adjoint ont obtenu : Vidal Jean 5 voix, Sire Jules 3 voix, Escande Bernard 1 voix Vidal Jean a été élu adjoint au maire.

04-11-1900 : Canal du midi location d'un lavoir à St Julia. Revenant sur la question de la location d'un lavoir au canal du midi le conseil décide de conserver 8 bancs de lavage au lieu de 10 au prix de 6 francs l'un.

07-06-1903 : M. le maire expose que, dans l'intérêt de la conservations des propriétés rurales aussi bien que particulières il serait nécessaire d'avoir un garde champêtre pour la commune.

09-10-1904 : M. le maire soumet au conseil le projet dressé par M. Noguier à la date du 22 septembre dernier pour recherche d'eau : construction d'un puits de captation. Il dit que la dépense à faire est évaluée à 1500 fr.

11-12-1904 : M. le maire soumet au conseil une délibération du CM de Laure demandant à la Cie du Midi, la création d'un service de correspondance du chemin de fer de Trèbes à Laure, service qui desservirait en même temps les communes de Rustiques, Badens et Aiguers-Vives. Le conseil considérant que la population des 4 communes justifiées est de 2 783 habitants qu'elle appartient à une région viticole produisant d'après les dernières statistiques 15 000 Hl de vin, donne pouvoir à M. le maire de s'entendre avec les municipalités intéressées.

Le 11-12-1904: Avis favorable du conseil municipal sur le projet de création d'un service de correspondance du chemin de fer de Trèbes à Laure. Cette diligence desservira en même temps les communes de Rustiques, Badens et Aigues-Vives

18-12-1904 : Le CM après réflexion a décidé de faire figurer sur la liste d'assistance médicale gratuite pour l'année 1905 les personnes ci-dessous (suivent les noms de 17 personnes allant de 27 à 73 ans).La présent liste a été dressée conformément à la loi du 15-07-1893 par la commission communale du bureau de bienfaisance.

La vie autrefois

Rustiques en 1900: A gauche la cave de l'ancien négociant Louis Ric (aujourd'hui propriété de Marc Dezarnaud) n'existait pas

La vie autrefois

Rustiques en 1950, (coté horloge)