rustiques


14/08/2018

Jeannot Espérilla vient de nous quitter !

C’est avec une grande tristesse que le village a appris mardi matin le décès à 72 ans de Jean Espérilla qui luttait courageusement depuis un an contre la maladie.

Après avoir habité au domaine de La Grave à mi chemin entre Rustiques et Badens la famille Espérilla s’est installée dans notre village dans les années 1960 pour le plus grand bonheur des enfants Jean et Anne-Marie qui y feront leur décèsjeunesse puis s’y installeront définitivement.

1964-65, c’était la belle époque du rugby à 7 et Jeannot y trouvera son bonheur ainsi qu’une bonne équipe de copains, ensuite il fera le bonheur des équipes de rugby de Trèbes et Capendu. Le rugby sera d’ailleurs une grande partie de sa vie, s’investissant avec son beau frère Pierre parmi les bénévoles de l’USC.

1964: la belle époque du rugby à 7 à Rustiques. Au 2 ème rang Jeannot au centre de la photo

Entré à l’entreprise Mourlan, Jeannot l’employé modèle y fera toute sa carrière, il sera aussi un relai précieux quand l’entreprise Calamel prendra la suite en 1994.

Il a fait plusieurs mandats en tant qu’adjoint au maire dans les municipalités de Jean Greffier et Charles Mourlan et ses conseils judicieux étaient toujours appréciés.

Qui dans le village n’a pas fait appel à ses services ? Que ce soit en maçonnerie ou en mécanique il était toujours présent quand on avait besoin de lui et à la retraite il n’a pas ménagé sa peine pour aider ses filles Nathalie et Valérie à construire.

Il laisse dans la peine son épouse Colette, mais aussi tous ses copains chasseurs qui n’ont pas manqué de le soutenir dans cette ultime épreuve.

Nos condoléances à son épouse, ses filles ses petits enfants, sœur, beau frère et toutes les personnes que ce deuil afflige. Ses obsèques auront lieu vendredi 17 août à 10 H à l’église de Rustiques.

décès

Jean Esperilla (à G) avec son beau frère Pierre à la buvette de l'USC

 

 

21:57 Publié dans démographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décès |  Facebook | |

Les terribles inondations de 1930 ont dévasté notre région

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques autrefois.

1950-2  vue de St Jean.jpg20-04-1929 : M. le maire place sous les yeux du conseil le projet d'électrification complémentaire de la commune concernant les domaines de Canet, Cordes, St Jean, et demande de bien vouloir procéder à la nomination d'un surveillant des travaux dont les fonctions sont gratuites, ne nécessitant aucunes connaissances particulières.. Après l'exposé M. le maire désigne M. Fillat Joachim régisseur dans un des domaines précités pour remplir ces fonctions. Le délai des travaux est fixé à 6 mois. Le présent marché se monte à la somme de 60 000 fr. Les subventions de l'état et du département pour cette opération se montent à 39 600 fr.

Vue prise du domaine de St Jean en 1950. Aucun lotissement n’existe.

En 1929 le budget de la commune s'élève à 40 175,33 fr d'où il résulte un excédent de 4 815,67 fr. Deux emprunts sont en cours : un du 10-05-1911 pour l'éclairage du village avec des annuités de 651,74 et un du 01-01-1923 pour le cimentage du ruisseau de la chapelle avec des annuités de1928,38 fr.

08-12-1929 : Les membres du conseil municipal de la commune de Rustiques proclament le droit de tous les anciens combattants à une retraite nationale pour la réparation des préjudices moraux, physiques et matériels qu'ils ont subi pour la défense du pays, demande que le gouvernement crée sans retard une pension dite : « retraite du combattant » qu'elle soit servie sans distinction à tous les titulaires de la carte à partir de 50 ans.2009-3 bassin rét.jpg

23-03-1930 : M. le maire explique qu'à la suite des inondations du 3 mars 1930 qui ont dévasté une grande partie de notre contrée, il y a lieu de former un comité communal afin de recueillir les souscriptions qui seront versées pour venir en aide aux malheureux sinistrés et en même temps il invite le conseil à voter une somme à la même œuvre.

En 2009 le maire Charles Mourlan fait construire un bassin de rétention qui préservera le village des inondations

29-03-1931 : M. le maire expose qu'il a été invité par M. le préfet et M. l'inspecteur de l'enseignement primaire à faire procéder, vu l'insuffisance du local actuellement à l'usage, à l'agrandissement de l'école existante ou à la construction d'une nouvelle école. M ; le maire fait remarquer au conseil que depuis le dernier recensement, la population de la commune a augmenté de 65 habitants, chiffre qui est appelé à augmenter vu le nombre de naissances des dernières années et l'affluence toujours croissante de la main d’œuvre étrangère (on comptera 357 habitants en 1931, qui ne seront plus que 256 en 1954)

ruisseau la chapelle 002.jpg

En 1930 l'eau est passée sur le pont et a inondé presque tout le village sans faire de victimes

A Trèbes une grosse barque est passée sur le pont d'Aude