rustiques


12/03/2018

1919 : la vente de tabac est réglementée !

En consultant les archives de la commune et en particulier les délibérations du conseil municipal, on retrouve ce qu'était la vie à Rustiques et dans notre canton autrefois. Ci-dessous un extrait de ces délibérations :

24-05-1914 : Le conseil municipal demande à l'administration des postes l'installation du bureau téléphonique. (NB : celui-ci ne sera installé qu'en 1924)

24-09-1918 : Le conseil se réunit sous la présidence de M. D'hélie Joseph. Etaient présents M ; Mary Paul et Escarguel Robert (les autres conseillers sont sous les drapeaux).

Juillet 1919 : M. le maire expose qu'à l'instar des villes et de plusieurs communes du département il y aurait lieu d'instituer à Rustiques la carte de tabac. Sans elle la répartition mensuelle est sujette à des protestations plus ou moins fondées et dont le but est de mettre fin à toute récrimination. La distribution serait faite de la façon suivante : 1) les habitants de cette commune de sexe masculin et âgés de plus de 17 ans révolus auront droit à cette carte. 2) les étrangers habitant dans la commune depuis moins d'un mois n'y auront pas droit. 3) les titulaires de la dite carte qui seront obligés de s'absenter pour une période de plus d'un mois devront la tabac-régie.jpgdéposer en mairie. 4) le trafic des cartes est interdit sous peine de suppression. 5) le receveur buraliste sera tenu de faire en une seule fois la distribution sur présentation de la carte de la quantité mensuelle de tabac qui lui aura été allouée.

L'ancien bureau de tabac, route de Trèbes

24-12-1919 : M. le maire met sous les yeux du conseil une lettre de M. le préfet en date du 18, par laquelle il est invité à voter une subvention annuelle pour le service de Carcassonne à Laure. Considérant que les services d'autobus de Carcassonne à Laure ne sont d'aucune utilité pour Rustiques attendu que la gare de Trèbes n'est qu'à distance de 4 Km où les voyageurs sont toujours surs de pouvoir effectuer leur voyage, tandis qu'en comptant prendre l'autobus il est arrivé assez souvent à des personnes de ne pouvoir partir faute de place et être obligé ainsi de retarder leur voyage. Pour ces motifs le conseil municipal ne juge pas à propos de voter cette subvention.

B. Sire (àG) 1916.jpg

Blessé par un obus en 1916, Barthélémy Sire (à gauche) est hospitalisé ici à l'arrière du front, qu'il rejoindra après sa convalescence. En tant que blessé de guerre il obtiendra le bureau de tabac-régie du village. Sa fille Aimée Combes le tiendra jusqu'en 2004.

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.