30/12/2014

Le poème du jour

 

Las mametas

 

Cossi las vesem

Càmbian dapasset e n'on avisan pas.

Ara se vestissan pas comò abans mas s'es pas fait d'un còp.1957 Bonne maman 82 ans.jpg

Acceptan lor atge sens rès dire.

Per èlas lo vielhun es una causa naturala

Son apitancièras, las vesem sovent a la cosina.

Fan de còcas, de crèmas, de flans, de confituras.

S'adòvan per faire los plats qu'aimas.

Son educatriças dals felens que s'en sovenan tota lor vida.

S'interessan a tot çò que fas.

Sortissan un proverbi a cada situacion.

Contan la vida de diversas manièras que fan rire o plorar.

An totjorn un pitchòt sorrire quand te vesan arribar

e un autre quand partisses.

Escrivan de lettras o de cartas quand i a quicòm que truca1947 pépé mémé Mourlan.jpg

e per l'aniversari.

Fan de calinetas als pus pichons.

Demòran dins d' ostàls que te fan somiar

e ont cadun a la milhona cramba.

Nos sonhan quand sem malauts.

Parlan patoès.

Apuèi morissan.

E cal pas jamai doblidar que sòsquèran jovas,Louis Sire.JPG

drolletas, fadrinas, amorosas, polidas...

 

Jacques Carbonnel

 

 

Les grand-mères

 

 

 

Comment les voyons nous ?

Elles changent lentement et nous ne nous en apercevons pas.

Aujourd'hui elles s'habillent différemment d'autrefois mais cela ne sait pas fait d'un seul coup.

Pour elles la vieillesse est une chose naturelle.

Elles sont nourricières, nous les voyons souvent à la cuisine.

Elles font des gâteaux, des crèmes, des flans, des confitures.

Elles s'arrangent pour faire le plat que nous aimons.

Elles sont éducatrices des petits enfants qui s'en souviennent toute leur vie.

Elles s'intéressent à ce que tu fais.

Elles sortent un proverbe à chaque situation.

Elles racontent la vie de diverses manières qui font rire ou pleurer.1964 Eugénie Mourlan.JPG

Elles ont toujours un petit sourire quand elles te voient arriver

et un autre quand tu pars.

Elles écrivent des lettres ou des cartes quand il y a quelque chose qui ne marche pas bien

et pour l 'anniversaire.

Elles font des câlins aux plus petits.Elles habitent dans des maisons qui te font rêver

et où chacun a la meilleure chambre.

Elles nous soignent quand nous sommes malades.

Elles parlent patois.

Puis elles meurent.

Il ne faut jamais oublier qu'elles furent jeunes,

petites filles, amoureuses, jolies...

 

 

 

08:23 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.