10/11/2013

Jean Gilhardi ancien champion des années 1950

 

Samedi 16 novembre à l'auditorium rue des études à Carcassonne, M. Jacques Blanco au cours d'une conférence évoquera les champions cyclistes des années 1950-1960. C'était la Jean Gilhardi (2).jpgbelle époque du cyclisme ou de nombreuses courses animaient les villages le dimanche, ou les frères Soler, Barthélémy Risso, Gilbert Pujol, Jésus Martinez, Jean Gilhardi etc, faisait briller les couleurs de l'AS Carcassonne.

Qui à Rustiques se souvient de Jean Gilhardi ? Pourtant celui-ci a habité quelques années notre village où son père était ouvrier agricole au château. On le voyait souvent partir s'entraîner ou le dimanche ramener le bouquet de la victoire. Dés sa première saison à 18 ans il avait gagné sa première course à St André de Roquelongue. Parmi ses succès : le Grand prix de la ville et des commerçants de Carcassonne en 1955, le Grand prix Martini l'année suivante, victorieux à Béziers en 1957 et Champion du Languedoc Roussillon la même année. Il a eu de belles victoires sur des courses à étapes ou participaient les professionnels, comme la Route du vin et de L'indépendant : il gagna une étape à Espéraza en 1955, une autre à Céret en 1958 et termina 3 ème du classement général en 1957 derrière 2 professionnels : Mastrotto et Anastasi. Il a terminé 13 ème du tour de l'Aude professionnel. En ce temps là de grands coureurs venaient participer à ce tour de l'Aude, tel Louison Bobet en 1963.

Après sa victoire au championnat du Languedoc, Jean Gilhardi était qualifié avec son ami Dante Soler pour le championnat de France qui se disputait à Strasbourg. Ils étaient parti quelques jours avant pour s’entraîner dans la région. Au cours d'une halte à Renchen (Allemagne), Jean Gilhardi a trouvé que les gens paraissaient plutôt tristes et s'est écrié : « je ne vivrai pas ici pour rien au monde ». Quelques années plus tard, il faisait son service militaire (il était sursitaire) dans cette ville et y rencontrait sa future épouse. Il s'y installait définitivement avec sous le bras le manuel : « comment apprendre l'allemand ».

Aujourd'hui cet ancien rustiquois vit toujours à Renchen où il a fondé une famille, il y parle l'allemand et vient de fêter ses 81 ans.

 

Jean Gilhari.jpg

Quand il habitait Rustiques Jean Gilhardi (à droite) était au sommet de sa forme


 

07:51 Publié dans personnages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.