05/03/2013

Le poème du jour

DSCN8148.JPG

Lo rec de Canet  

Traversava la borià gaireben tot dreit, 

passava lo camin per un ga, un passalis, 

qu'apelavem la gorga 

perdéqué i avià un trauc totjorn plen d'aiga al costat.

 

I menavem los porcels que se regalavan 

de jogar als ipôpotams.

 Una martelèria tenia l'aiga 

per asagar los orts dals ovrièrs 

e l'orta dal patron ont i anava tota sola.

 

Los canars i veniàn nadar.

 

Era misterios e nos atirava per jogar 

e descobrir tot ço qu'i demorava, sobretot las bestias.

 

I passavem la mager part dals dijous 

e de las vacanças.

  

Dins aquèl rèc i avià una vegetacion druda e verturosa 

La canota ont s'amagavan las bestiàs,DSCN8145.JPG

lapins, gragnotas, eiriçons, colobras...

 

Sul bord los pibols que quand éran secs 

baillavàn de camparols subrebels.

 

Ei pas jamai mangeat de camparols tan bons ! 

Copavem e amassavem las brancas de los fraisses e de los ormas,

per faire faisses que las fédas manjavan l'ivern, quand podiàn pas sortir...

 

 

Quand fasià un gros auratge 

l'aiga montava a ras.

 

Carrejava de lenha, de brancas, de socas, 

de caravenas, de farats traucats...

 

Al pus caut de l'estiu, quand cantan las cigalasDSCN8141.JPG

 

dins los pins e que la calor t'empacha de corre

anavem nos banhar dins aaquélas cubetas

plenas d'aiga clara que tremoleja al solhel.

 

Disièm pas rès, los elhs tampats, los braçs espaçats,

 tot nuds dins l'aiga fresca.

 

Qu'un plasèr ! Qu'un apagoment ! 

Avièm, torna, inventat los banhs antics

 e la meditacion aquatic.

  

Sabetz beleu pas l'importància que pot aveire un rec

sus la vida dals omes ?

 

Dins los pais secs s'installan pas trop lenc,DSCN8143.JPG

aqui ont l'aiga demora tota l'annada.

Esperavem la plèja penden de meses.

 Quand la vesiài arrivar corrissiài cap a l'ostal

 e crivadi : i a d'aiga al rec ! I a d'aiga al rec !

Cada cop lo papeta demandava

 raja fort o rajoleja ?

Nos semblava que la vida tornava partir.


 

Le ruisseau de Canet

 

Il traversait tout droit la propriété,

il sautait le chemin par un gué

que nous appelions la gourgue

car il y avait un trou toujours plein d'eau à coté.DSCN8142.JPG

Nous y amenions les cochons qui se régalaient

en jouant aux hippopotames.

Une vanne retenait l'eau

pour arroser les jardins des ouvriers

et celui du patron où elle allait toute seule.

Les canards venaient y nager.

Il était mystérieux et nous attirait pour jouer

et découvrir tout ce qui l'habitait, surtout les animaux.

Nous y passions la plus grande partie du jeudi et des vacances.

 

Dans ce ruisseau poussait une végétation drue et vigoureuse

La canotte où se cachaient les bêtes,

lapins, grenouilles, hérissons, couleuvres, perdreaux...

Sur le bord des peupliers secs donnaient des champignons superbes.

Je n'ai jamais mangé des champignons aussi bons !

Nous coupions et ramassions les branches des frênes et des ormes

pour faire des fagots que les brebis mangeaient l'hiver quand elles ne pouvaient sortir.

 

Lorsqu'il y avait un gros orage

l'eau montait à ras bord.

Il charriait du bois, des branches, des souches ,DSCN8147.JPG

des roseaux, des seaux troués...

Au plus chaud de l'été, quand chantent les cigales

dans les pins et que la chaleur empêche de courir

nous allions nous baigner dans ces cuvettes

remplies d'eau claire qui frémissait au soleil.

Nous ne disions rien, les yeux fermés, les bras écartés

tout nus dans l'eau fraiche.

Quel plaisir ! Quel apaisement !

Nous avions réinventés les bains antiques

et la méditation aquatique.

 

Vous ne savez peut-être pas l'importance que peut avoir un ruisseau

sur la vie des hommes ?soirée occitane 011.jpg

Dans les pays secs ils s'installent tout près,

là où l'eau est présente toute l'année.

Nous attendions la pluie pendant des mois.

Quand elle arrivait je courrais vers la maison

et je criais : le ruisseau coule ! Le ruisseau coule !

Chaque fois grand père demandait :

il coule fort ou il ruisselle ?

Il nous semblait que la vie repartait.

 

Jacques Carbonnel    mai  2010

09:03 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.