28/08/2012

Création d'un groupe de marche

 

31-13  2011 bal dans l'Alaric.jpgL'association Sports et loisirs présidée par Françoise Fassina vous invite à une réunion vendredi 14 septembre à 18 H au foyer municipal.

A l'ordre du jour: organisation d'un groupe de marche. Venez nombreux: il sera intéressant d'avoir l'avis d'un maximun de personnes intéressées afin d'obtenir le meilleur consensus.

Sujets à discuter: fréquences des sorties, dates, horaires, distances, possibilités de faire des sorties extérieurs, etc; Tous les avis seront intéressants

N'hésitez pas à diffuser cette information.

18  2004 départ pour une marche.jpg

2011  balade dans l'Alaric

2004:  les marcheurs ont répondu nombreux à l'appel de l'association du patrimoine

 


25/08/2012

La belle époque de la pétanque

Conc pétanque.jpg

1975  env:  en haut de G à D : F. Castillou, F. Mourlan, E Vidal, R. Gorce, J-F Santellani

   en bas: E. Ruffié, J. Guisti, Ch Moulan

 Les quelques retraités Rustiquois qui s'adonnent régulièrement à la pétanque sont aujourd'hui licenciés à la petite boule Trébéenne. Pourtant " La boule rouillée Rustiquoise a connu ses heures de gloire dans les années 1960/70. C'était l'époque ou notre compatriote Hubert Mourlan en était le maître d'oeuvre, président, mais aussi faisant fonction de trésorier, de secrétaire et tenant parfois le graphique du concours jusqu'à deux heure du matin. Chaque semaine en été, tous les pétanqueurs de la région se pétanque dans le parc.jpgdonnaient rendez-vous dans le parc municipal le jeudi soir pour participer à des concours à la volaille richement dotés. Et quelle belle animation pour le village ! Une grande majorité de la population se précipitait dans le parc pour assiter à ces joutes endiablées et souvent pagnolesques.

Avec ses amis Robert Gorce et Etienne Vidal, Hubert Mourlan avait monté une triplette qui faisait sensation dans les concours des villages environnants. Plusieurs fois ils ont participé aux éliminatoires des championnats de France.

Le siège de " La boule rouillée" était situé au bar de l'Amicale face aux écoles. Tout était prétexte pour si retrouver et surtout fêter les petits évènements du village, ou honorer par exemple nos champions pétanqueurs.

Claude Isti et José Vasquez fils ont repris ensuite les concours mais cela n'a duré que quelques années..

1982 tripl en champ de France.jpgPourquoi ne pas relancer la pétanque en 2013 ? Les infrastructures sont là, un boulodrome situé dans un parc magnifique, une maison du parc qui sera opérationnelle avec de grandes terrasses pouvant accueillir le graphique et la buvette, des pétanqueurs de Trèbes , des villages voisins et du camping de la Commanderie qui se feront un plaisir de venir s'adonner à leur sport favori. Il suffit de créer une petite association comme l'a fait avec succès la belote rustiquoise. Prendre contact avec la municipalité, le comité du district de Capendu, réserver une soirée de la semaine. Si les jeunes du village s'investissaient dans un tel projet en plus de la valorisation que cela leur apporterait, il pourrait peut être y avoir pour eux une petite récompense.

                                                                La balle est dans leur camp...

Ile club de pétanque          .jpg

photos: Au championnat de France à Alès:  de G à D:   X, Monteverde, H. Mourlan

          : Le président Hubert Mourlan, à droite remet la coupe à Jacques Gorce.

05:41 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

23/08/2012

Le tennis, un sport d'été

 

Le court de tennis du village a aujourd'hui 40 ans et son revêtement enrobé n'a pas du tout vieilli: un bon point pour le constructeur l'entreprise SACER. Par contre les piquets de clôture auraient besoin d'un bon coup de pinceau.

tennis Rustiques.jpgLe club de tennis du village a eu ses heures de gloire dans les années 1975-80 ou une équipe était engagée en championnat de l'Aude 3 ème division et y faisait bonne figure. Les jeunes le mercredi étaient entraînés par Danièl Mourlan et Jeannine Pinard.

Aujourd'hui plus de compétition, mais le court est toujours aussi fréquenté surtout en cette période de vacances. Dans la matinée et les après-midi, les jeunes se défient raquettes en main. Ils viennent de Trèbes, Badens et bien sur du proche camping de la Commanderie. Une aubaine pour ces vacanciers qui veulent entretenir leur forme.

Il n'y a pas d'école de tennis actuellement à Rustiques et c'est bien dommage car c'est l une des raisons qui font que l'on voit peu de jeunes du village sur le court.

tennis.jpg

1984:  de G à D  Cyril Mauffront, Nathalie Espérilla, Sabine Mazenc; Jeanine Pinard (éducatrice bénévole), Françoise Méliès

 

 

16/08/2012

Francis Carbonnel raconte l'occupation au domaine de Canet

 

Craignant un débarquement sur nos cotes (les alliés ayant débarqués en Afrique du Nord), les Allemands ont franchi la ligne de démarcation le 11 novembre 1942. Ils occupèrent le village de Rustiques et les domaines voisins, Canet, Septsérous.

Carbonel 004.jpgFrancis Carbonnel, ancien enseignant du collège de Trèbes, fils du régisseur de Canet avait alors 10 ans. Il nous raconte l'occupation du domaine: "Dès que les Allemands sont arrivés dans la région, une circulaire du maire nous a prié de rapporter toutes les armes et fusils de chasse à la mairie. Le propriétaire de Canet Monsieur Mercadier habitait Béziers, il avait de très belles armes de collection au domaine. En accord avec lui nous avons tout mit dans des sacs en jute et nous sommes parti mon père et moi jeter le tout dans le canal du midi à St Julia.

Quand les Allemands ont envahi le domaine ils ont tout de suite voulu occuper le château mais mon père leur a dit qu'il n'avait pas la clef. Première grosse peur pour mon frère Jacques et moi même, quand nous avons vu passer notre père encadré par deux Allemands très menaçants. Il a bien fallu se plier à leurs ordres et faire un simulacre. Notre père est parti en vélo, la clef dans la poche chercher celle-ci à la rencontre de son patron qui venait de Béziers. L'incident clos le capitaine et son état major se sont installé dans le château alors que le reste de la troupe (environ 60 hommes) prenait leur quartier dans les maisons de vendangeurs. Les allemands avaient installé des latrines à 200 m de la ferme et bricolé une douche à coté de l'écurie ce qui posait un problème pour l'éducation des enfants du domaine puisque tous les soirs il y avait 3 ou 4 soldats à poil qui attendaient leur tour. Quand je passai avec mon père celui-ci me tenait toujours la tête tournée de l'autre coté. Chaque matin il y avait le rapport dans la cour, à midi on leur apportait la soupe du domaine de Septsérous distant de deux Kilomètres, il n'y avait pas de roulante à Canet.

LES ALLEMANDS SUR LEUR GARDE

Le domaine étant dans une cuvette entourée de bois, propice aux attaques de maquisards, les occupants étaient toujours sur le qui vive. Ils avaient sécurisé le domaine en installant des postes de mitrailleurs sur les hauteurs alentours. Il reste encore le vestige d'une tranchée, où la sentinelle qui était postée prenait en enfilade le chemin de Rustiques sur 300 mètres. Dés qu'ils sont arrivés les Allemands ont fait tuer tous les pigeons, craignant que l'on ne s'en serve comme moyen de communication. Pendant les 18 mois d'occupation ils ont refusé de boire l'eau du puit, seule source d'eau potable du domaine par crainte que celui-ci soit empoisonné par les maquisards. Ils avaient dans la cave un stock énorme de bouteilles de perrier". Quand ils sont parti en août 1944, la famille Carbonnel et les employés du domaine ont bu du perrier pendant plus d'un an.

traverse Canet.jpg

Dans la colline en face qui n'était pas boisée comme aujourd'hui, il reste l'emplacement du fusil mitrailleur qui prenait en enfilade ce chemin de Rustiques

        suite

 

Francis Carbonnel 10 ans nous raconte l'occupation du domaine en 1943-44:"Les Allemands étaient Louis Carbonnel (1907-1993).jpgtrès disciplinés et ont toujours étaient très correct, comme à Rustiques d'ailleurs où ils avaient comme commandant un pasteur. Ils respectaient notre père qui était le régisseur du domaine . Chaque matin le capitaine saluait le régisseur et lui demandait si ses soldats avaient été corrects.

Mon frêre et moi nous étions étaient très impressionnés quand nous les entendions dans le bois voisin de Rambouillet marcher en cadence en chantant leur célèbre chant. Ils s'entraînaient au tir dans le terrain de foot de Rustiques que nous traversions tous les jours sur le trajet de l'école. Nous revenions souvent les poches pleines de balles à blanc et de grenades qui venaient de servir pour leurs exercices et qui allaient être l'objet de nos jeux. Quelques jours après leur départ, dans la prairie de Rouïre à 500 mètres du domaine nous avons retrouvé un poteau d'exécution et une fosse le jouxtant.

MOTUS ET BOUCHE COUSUE

Les Allemands avaient peu de rapport avec les ouvriers qui continuaient leur travail habituel. Pour nous c'était motus et bouche cousu, on essayait de communiquer le moins possible et d'en faire le minimun. Certains soldats montraient leur hostilité envers Hitler, mais nous ne montrions aucun sentiment craignant toujours un piège. Il est arrivé que passant devant notre cuisine ils nous entendent écouter radio Londres et jamais ils ne nous ont fait de remontrances à ce sujet. Je pense que nous avons peut être eu de la chance, nous n'étions pas tombé sur les plus méchants.

Après le débarquement en Normandie les occupants sont devenus de plus en plus fébriles. Un soir un officier radio qui parlait le français aussi bien que nous a fait irruption dans notre cuisine nous demandant de cacher vite cette valise. Notre père craignant qu'elle ne Canet les ramonetages.jpgcontienne une bombe est allé vite la planquer au fin fond de la cave. L'officier est revenu quelques temps après réclamer son bien. La valise contenait des habits civils: parlant bien le français et sentant la débacle prochaine, cet officier avait peut être décidé de changer de camp.

Les derniers temps, les Allemands n'étaient même plus ravitaillés, les estomacs étaient vides , le moral dans les chaussettes, et les maquisards les traquaient. Comme à Rustiques et Septsérous, ils ont quitté Canet le 15 août 1944 abandonnant deux véhicules après les avoir saboté. Un dernier Allemand est resté avec sa moto un jour de plus, il se montrait menaçant, on a réussi à le faire partir en lui donnant un sandwwich".

Deux jours après sur la route de Béziers à hauteur de la Croisade, un convoi Allemand a été mitraillé et entierrement anéanti, il est difficile d'affirmer que c'était les occupants de Rustiques et Canet. Pendant plusieurs années les carcasses des véhicules brulés sont restés au bord de la route.

Canet (1950).jpg

Photo: _  Louis Carbonnel (1907-1993) en 1960 avec ses petits enfants. Il était le régisseur du domaine

          _  Le domaine de Canet peu après la guerre

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

 

 

 

 

17:57 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

14/08/2012

José Gonzalez nous a quittés

 

José Gonzalez s'est éteint tout doucement à l'âge de 83 ans, entouré de l'affection de son épouse et de son fils José.

José Gonzalez.jpgIl était arrivé en France jeune exilé politique arraché à cette Espagne qu'il aimait tant. Avec sa famille il s'était installé dans notre village en 1972, employé comme ouvrier agricole au domaine de St Jean

Nous garderons de lui l'image d'un travailleur exemplaire ne rechignant jamais devant la tâche. Quand Maître Brousse vendant sa propriété agricole lui a donné congé, José a fait le bonheur des petits propriétaires du village, travaillant tantôt pour l'un tantôt pour l'autre. Consciencieux jusqu'au fond de son âme il aimait et maîtrisait parfaitement son métier. Un jour Paul Gaston, montrant à un ami une rangée de vigne lourdement chargée de fruits disait:" Tu vois cette rangée en la voyant je reconnaîs qui l'a taillée, c'est José Gonzalez". A sa retraite et tant que sa santé le lui a permis on l'a aperçu traversant le village à pas lent pour aller travailler son potager chemin de la Peige.

Avec son épouse ils ont traversé des épreuves cruelles perdant tour à tour trois enfants, d'une façon dramatique. Une période douloureuse qu'ils ont surmonté soutenue grâce à l'affection de leur fils aîné José. Et si un voile de tristesse ombrageait souvent le visage de M. Gonzalez la population gardera toujours de lui l'image de quelqu'un de discret, humble et d'une extrème gentillesse.

José Gonzalez (3).jpg

A son épouse, son fils José et toutes les personnes que ce deuil afflige nous adressons nos très sincères condoléances.

 

 

13/08/2012

Le resto du camping est ouvert jusqu'au 31 août

 

Si vous voulez déguster salades et grillades dans le magnifique cadre ombragé du camping de la Commanderie, il est encore temps puisque le resto sera ouvert jusqu'au vendredi 31 aôut.

Guy le maître des lieux s'est entouré pour le service de gracieuse jeunes filles et le grilladin maîtrise parfaitement son job pour le plus grand plaisir des fins gourmets.

Le resto du camping c'est un rendez-vous incontournable très apprécié des rustiquois mais aussi de nos voisins de Trèbes et des alentours.

resto la comanderie.JPG

 

 

16:34 Publié dans animation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

10/08/2012

le poème du jour

Ancien enseignant et aujourd'hui poète occitan Jacques Carbonnel a vécu son adolescence au domaine de Canet

Parmi ses souvenirs ce violent orage qui les avait surpris, son père et lui  sur le chemin entre Rustiques et Canet

Un auratge

Tornavem dal molin

ambe quatre sacs de farina d'ordi e de civada

pels porcels e per las polas dins lo tamborèl.

Lo cel era escur e de nivolàs negres

arrivavan cap a nosautres.

De gotas enormas s'esclafavan sus la rotaentr  USC à Trèbes 001.jpg

e sus lo tampador dal tamborel

que mon paire avià mès de travers e ont èri dejos.

Lo chaval trotava per ganhar de temps

e tot acò brandolava comò un bateu sur la mar.

Quand arrivèrem als Pontils, sus la traversa de terra,

lo tron petèt, un bombardament !

Lo folzer tombèt sus un amétlier que n'a encara la marca,

a cinq mestres dal naz dal Mignon que se quilhèt

e te fotèt un reguitnal sul ponde.

Partiguèt als quatre galaups

dins la davalada que limpava comò si avià d'oli.

Mon paire lo tenià encara

mas passèrem a un palm d'un gros argerolièr.

Es aqui qu'i prenguèt la man.

Corrissià en refrenissan de temps en temps.

Lo rèc que traversava lo camin èra aigat.

Fasquèrem une èrsa nautassa comò un hors-bord.entr  USC à Trèbes 002.jpg

Arrivèrem dins la cort de la borià

e s'arrestèt còp sec davant la porta de l'estable.

Davalèrem dal tamborèl,

mon paire me cunhèt contra èl e diguèt:

"Aquella t'en rappelaras...

va cal pas dire a ta maire.."

 

Nous revenions du moulin

avec quatre sacs de farine d'orge et d'avoine,

pour les cochons et pour les poules,

dans le tombereau.

Le cièl était obscur et des gros nuages noirs

arrivaient vers nous.

Des gouttes énormes s'écrasaient sur la route

et sur le tampon du tombereau

que mon père avait mis en travers

et je m'étais mis dessous.

Le cheval trottait pour gagner du temps

et tout tressaillait comme un bateau sur la mer.

Quand nous arrivâmes aux Pontils, sur la traverse de terre,

le tonnerre péta, un bombardement !

La foudre tomba sur un amandier

qui en a encore la marque,

à vingt mètres du nez de Mignon qui se cabra

et mit une ruade sur le plancher.

Il partit au triple galop

dans la descente qui glissait comme s'il y avait de l'huile.

Mon père le maitrisait encore

mais nous passâmes à un pan d'un gros azerolier.

C'est là qu'il lui prit la main.

Il courait en hennissant de temps en temps.soirée occitane 010.jpg

Le ruisseau qui traversait le chemin débordait.

Nous fimes une vague énorme comme un hors-bord.

Nous arrivâmes dans la cour de la ferme

et il s'arrêta pile devant la porte de l'écurie.

Nous descendimes du tomberau,

mon père me serra contre lui et dit:

"Celle-là, tu te la rappelleras...

il ne faut pas la raconter à ta mère."

     Jacques Carbonnel    mai 2010

Rustiques soir d'orage.jpg

Eté 1964:  un violent orage va s'abattre sur le village


 

 

18:26 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08/08/2012

A l'ombre de l'église de la Commanderie

 

église 023.jpgCongés secrétariat: le secrétariat de mairie sera fermé pour cause de congés du 6 au 24 août inclus

Garages municipaux: tous les garages municipaux métalliques mis en vente par la mairie sont vendus

Recensement citoyen: C'est une démarche obligatoire à 16 ans. Tous les jeunes de nationalité française, filles et garçons, doivent se faire recenser à la mairie de leur domicile entre le jour anniversaire de leur 16 ans et la fin du 3 ème mois suivant. Une attestation de recensement sera délivrée. Elle sera en particulier indispensable pour s'inscrire aux examens et concours.

Réunion du conseil municipal: Au cours de la dernière réunion du conseil munic.jpgconseil municipal il a été évoqué le PLU qui vient d'être définitivement adopté. Dorénavant quand une construction sera effectuée sans déclaration ou non conforme à la déclaration d'urbanisme, c'est la DDTM qui viendra constater l'infraction et pourra dresser procès verbal avec suite au procureur.

Réforme territoriale: La nouvelle réforme territoriale va être mise en place prochainement. Rustiques a demandé de rentrer dans la communauté du carcassonnais. Compte tenu de la proximité de Trèbes (2,5 Km) et Carcassonne (12 Km) on comprendrai mal comment notre village n'y adhérerai pas et ne profiterai pas de tout ce que peut nous apporter la proximité du bassin de vie et d'emploi de Carcassonne. Il faut savoir que plusieurs habitants du village se sont vu refuser des emplois à Trèbes parcequ'ils ne faisaient pas partir de la communauté concernée.

cons munic.jpg

conseil municipal: dernière séance de travail avant les congés