10/08/2012

le poème du jour

Ancien enseignant et aujourd'hui poète occitan Jacques Carbonnel a vécu son adolescence au domaine de Canet

Parmi ses souvenirs ce violent orage qui les avait surpris, son père et lui  sur le chemin entre Rustiques et Canet

Un auratge

Tornavem dal molin

ambe quatre sacs de farina d'ordi e de civada

pels porcels e per las polas dins lo tamborèl.

Lo cel era escur e de nivolàs negres

arrivavan cap a nosautres.

De gotas enormas s'esclafavan sus la rotaentr  USC à Trèbes 001.jpg

e sus lo tampador dal tamborel

que mon paire avià mès de travers e ont èri dejos.

Lo chaval trotava per ganhar de temps

e tot acò brandolava comò un bateu sur la mar.

Quand arrivèrem als Pontils, sus la traversa de terra,

lo tron petèt, un bombardament !

Lo folzer tombèt sus un amétlier que n'a encara la marca,

a cinq mestres dal naz dal Mignon que se quilhèt

e te fotèt un reguitnal sul ponde.

Partiguèt als quatre galaups

dins la davalada que limpava comò si avià d'oli.

Mon paire lo tenià encara

mas passèrem a un palm d'un gros argerolièr.

Es aqui qu'i prenguèt la man.

Corrissià en refrenissan de temps en temps.

Lo rèc que traversava lo camin èra aigat.

Fasquèrem une èrsa nautassa comò un hors-bord.entr  USC à Trèbes 002.jpg

Arrivèrem dins la cort de la borià

e s'arrestèt còp sec davant la porta de l'estable.

Davalèrem dal tamborèl,

mon paire me cunhèt contra èl e diguèt:

"Aquella t'en rappelaras...

va cal pas dire a ta maire.."

 

Nous revenions du moulin

avec quatre sacs de farine d'orge et d'avoine,

pour les cochons et pour les poules,

dans le tombereau.

Le cièl était obscur et des gros nuages noirs

arrivaient vers nous.

Des gouttes énormes s'écrasaient sur la route

et sur le tampon du tombereau

que mon père avait mis en travers

et je m'étais mis dessous.

Le cheval trottait pour gagner du temps

et tout tressaillait comme un bateau sur la mer.

Quand nous arrivâmes aux Pontils, sur la traverse de terre,

le tonnerre péta, un bombardement !

La foudre tomba sur un amandier

qui en a encore la marque,

à vingt mètres du nez de Mignon qui se cabra

et mit une ruade sur le plancher.

Il partit au triple galop

dans la descente qui glissait comme s'il y avait de l'huile.

Mon père le maitrisait encore

mais nous passâmes à un pan d'un gros azerolier.

C'est là qu'il lui prit la main.

Il courait en hennissant de temps en temps.soirée occitane 010.jpg

Le ruisseau qui traversait le chemin débordait.

Nous fimes une vague énorme comme un hors-bord.

Nous arrivâmes dans la cour de la ferme

et il s'arrêta pile devant la porte de l'écurie.

Nous descendimes du tomberau,

mon père me serra contre lui et dit:

"Celle-là, tu te la rappelleras...

il ne faut pas la raconter à ta mère."

     Jacques Carbonnel    mai 2010

Rustiques soir d'orage.jpg

Eté 1964:  un violent orage va s'abattre sur le village


 

 

18:26 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.