01/08/2012

La commanderie était habitée au 13 ème siècle

 

Il y a de nombreuses commanderies en languedoc-Roussillon et en particulier dans l'Aude. Une des plus anciennes est celle de Pexiora (1100-1101). La commanderie de Rustiques a été mentionnée en 1259. Elle a été créée par les moines hospitaliers de St Jean de Jérusalem qui avaient fondé une dépendance de la commanderie d'Homps.

Ce sont les moines templiers et hospitaliers qui habitaient les commanderies. Au départ ces croisés avaient un but: la libération du tombeau du Christ et de Jérusalem pris par les Turcs.

Comment été la vie quotidienne dans une commanderie ? Les journées sont rythmées par la prière. Au réfectoire, les frères doivent rendre grâces à Dieu à chaque fin de repas. Ils absorbent leur nourriture dans une écuelle pour deux et chacun n'a pour couvert qu'un couteau. Ils ne parlent pas sauf le frère désigné pour la lecture à haute voix des textes sacrés. Généralement le repas du templier est frugal, composé de pain, de légumes divers, et de soupe. Le dimanche et les jours de fête un repas de viande vues du village 005.jpgest servi.. Chaque frère a droit à environ un quart de litre de vin. Cependant les malades ont droit à des aliments qui rendent la santé et ils sont traités en paix et avec soin par le moine infirmier. Il en est de même des frères agés.

Les frères défunts sont inhumés dans le cimetière de leur commanderie dans un simple linceul. On peut visiter le tombeau des commandeurs qui est adossé à l'église de Rustiques. On peut voir à droite du portail d'entrée de l'église, deux enfeus géminés. Au pied de chaque enfeu est aménagée une tombe de 2 mètres sur une largeur de 0,40. Au cours de la restauration du tombeau, on a pu constater que 9 corps était inhumés dans la tombe coté église et 4 dans celle coté cimetière. Lors de cette restauration, des fouilles ont permis une datation d'après les monnaies d'une utilisation dés le 12ème siècle (à voir au musée).

Dans les commanderies on produisait du blé de l'orge, du vin, arbres fruitiers, choux, fèves. On y élevait les chevaux qui allaient servir aux chevaliers.

A noter: pour en savoir plus lire le livre de Jeanine Redon "Sur les traces des templiers et des hospitaliers".

Tinus 002.jpg



Notre ami Tinus fait visiter le patrimoine historique du village en habit des moines hospitaliers

Tomb commandeurs av rénovation.jpg

 Le tombeau des commandeurs tel qu'il était avant sa restauration

Les commentaires sont fermés.