06/08/2011

Notre doyenne Gaby Greffier raconte... (suite)

 

Comme on l'a dit dans le précédent article, il y avait un curé attitré au village dans les années 1920-1930. Il habitait le presbytère situé à coté de la Mairie. Ce dernier curé du village était l'abbé Fargues , un bon curé paysan très estimé des habitants, sauf qu'il lui arrivait de faire "enrager" ses paroissiennes car il était plus doué pour la chasse que pour le prêche. Il arrivait ainsi que les dévotes l'attendaient en vain aux vêpres du dimanche et descendant au village elles apprenaient que l'on venait de voir l'abbé Fargues pousuivre une compagnie de perdreaux du coté de Candèze.

Gaby Greffier 003.jpgL'electricité est arrivé au village en 1908. Le conseil municipal avait voté à ce sujet (7 pour et 2 contre).Le Maire était le seul a avoir l'installation gratuite, mais il l'avait refusée craignant que "ça ne lui "foute le feu à la maison". Il reviendra sur sa décision quelques année après.

C'est monsieur Bernard, habitant une belle maison de maître et propriétaire de ce qui allait devenir notre magnifique parc municipal, qui a fait l'acquisition du premier poste de radio. En été les gens venaient s'asseoir au bas de chez lui et celui-ci mettait sa radio à fond afin que tout le monde en profite. Dans la journée il arrivait à Mr Bernard d'appeler Marcelle qui tenait la cabine téléphonique et il lui disait: "tiens écoute cette chanson" et par l'intermédiaire du téléphone Marcelle écoutait Tino Rossi ou Berthe Silva. Et tant pis si un autre abonné avait besoin de Marcelle pour obtenir une communication ! ....

Le cinéma est arrivé au début de ce 20 ème siècle avec le camion de Monsieur Icardi. Tout d'abord il s'installait au café et projetait des films muets. Il mettait en marche son gramophone avec des disques qui illustraient ainsi les actions du film. Ensuite vint le cinéma parlant, un soir par semaine le foyer, pour cause de seule distraction faisait salle comble. Un jour le projectionniste faisant sa pub avait annoncé pour la semaine suivante "un film osé" ou l'on allait découvrir les belles cuisses de Martine Carol. Le jour de la projection tous les hommes du village étaient présents et sachant que les enfants avaient l'habitude de regarder les films par le trou de la serrure, ils avaient alors bouché celle-ci avec du papier. Comme les choses ont changé depuis !

C'est la mairie qui a fait l'achat d'un des premier poste de télévision quand un relais a été installé sur le pic de Nore en 1961. Tout le village se pressait alors dans la salle de l'amicale le soir "après souper" pour découvrir ce nouveau divertissement. C'était la belle époque de l'amicale. Deux salles lui étaient consacrées dans une, la télé et dans l'autre le bar tenu par Jean Canal puis Michel Espérilla.Tous les soirs c'était le rendez-vous des beloteurs mais c'était surtout un lieu de rencontre ou les hommes venaient commenter le dernier match de l'ASC 13 ou l'étape du tour de France.

amicale 001.jpg

C'est ici que la plupart des Rustiquois ont découvert la télévision. Aujourd'hui c'est le salon de coiffure de Céline.

Les commentaires sont fermés.